Chapitre 5 : Les Vacances de Ducobu

 

 

frenssé

 

Il est de retour,

Pour vous jouer un mauvais tour.

Bonjour les amis, comment allez-vous ? Cet article, tel un épisode de What the Cut, est…— ah je l’ai déjà dit, j’me répète… En décembre j’étais déjà à la bourre, maintenant c’est pire. Désolé de vous avoir fait attendre trois mois. Je dois avouer que le temps est passé bien plus vite que je ne le croyais. Au moment-même où je peaufine cette introduction, le mois d’avril tend déjà vers sa fin.
Pour ne pas écrire un article à la longueur exagérée, j’ai décidé de vous parler uniquement des mois de décembre et janvier dans ce chapitre. Ne vous inquiétez pas, ceci-dit, la suite arrivera prochainement.

Ce chapitre aura donc pour principal sujet la suite de mes vacances d’été. Sans plus de blabla, entrons dans le vif d’or du sujet. Comme d’habitude, j’espère que la lecture de cet article vous plaira et que la décadence de mon français ne se fera pas trop remarquer.

J-6 (189)

Le Fêtes de fin d’année

Comme vous le savez probablement tous, les saisons sont inversées en Australie. En effet, c’est pourquoi, durant ces derniers mois, j’étais en été, pendant que vous expérimentiez le blizzard hypothermique belge et le zéro absolu. Ainsi donc, célébrer les fêtes de fin d’année en été était une expérience pour laquelle je me réjouissais au plus haut point. Qui n’a jamais rêvé de passer Noël sur la plage avec un marcel, un bonnet rouge et une fausse barbe blanche ?

Noël

Il faut savoir qu’en Australie, l’anniversaire de Jésus est un vrai phénomène. Rien à voir avec l’enthousiasme modéré qu’on peut trouver un Belgique : ici, la fièvre de Noël s’empare des habitants dès la moitié de novembre, avec tout ce qui va avec évidemment: décorations dans les magasins, spots publicitaires bidons à la télé ou à la radio…

December (16)

La veillée de Noël fut plutôt modeste, je dois bien l’avouer. En fait, en Australie, c’est le jour de Noël en lui-même qui est important. Cela n’a pas empêché la veillée d’être sympathique, ceci-dit. L’ambiance de fêtes de fin d’année était au rendez-vous (même si la température extérieure abordait les 20 degrés à minuit) et la soirée m’a permis de renforcer mes liens avec les Barkers, ma famille d’accueil de l’époque.

Le jour de Noël fut plus trépidant.
En premier lieu, expulsons les points négatifs… ou plutôt LE gros point négatif : le temps. On m’avait souvent affirmé avec enthousiasme que mon premier “Hot Christmas” en Australie serait un choc blablabla….. Quelle déception quand, après m’être levé ce jour-là, j’ai constaté que le climat local était à peu près aussi déprimant qu’un jour de novembre en Belgique. Pluie, vent, température à la baisse (oui bon, 20 degrés c’est pas mal, mais quand on te promet 35 degrés, tu l’as un peu mal).

Voilà, c’était le point négatif. Même si l’envie de retourner pieuter me titillait quelque peu, j’ai quand même trouvé le courage de m’extirper de mes draps. Bien sûr, qui dit Noël, dit cadeaux. Ainsi, sous le sapin, j’ai trouvé quelques paquets qui — ô joie — m’étaient adressés. Qu’ai-je donc eu, me demanderez vous. J’ai reçu un rashy (t-shirt à mettre dans l’eau pour éviter de cramer), un boomerang et une boite de TimTam (#siropcontent). Après ce joyeux déballage, nous avons pris la route pour nous rendre au parc national, où nous avons dîné en compagnie des Proberts, des amis de ma famille d’accueil. Aux alentours de 14h, le temps a commencé à s’améliorer. Le ciel s’est éclairci et le thermomètre est  monté de quelques degrés.

December (18)
L’après midi, avec toute l’équipe, je m’y engage nous avons décidé de “parcourir les dunes”. Pour faire court, la course des dunes est une espèce de piste tout-terrain qui suit le contour de plusieurs collines sablonneuses. Le tout est plutôt amusant et se trouve dans dans le parc national de Lincoln. Après cette réjouissante journée, nous avons rapidement mangé quelques restes de la veille avant de nous diriger vers nos chambres respectives.

December (24)

Nouvel An

Beaucoup de fêtes étaient prévues pour l’année nouvelle, je les ai toutes loupées. Concrètement, tous ces rassemblements étaient censés avoir lieu dans de toutes petites stations balnéaires, à plusieurs dizaines kilomètres de Port Lincoln. Ne sachant pas exactement où aller et comment y aller, j’ai juste décidé de lâcher l’affaire et de fêter l’an neuf à Port Lincoln (#siroppaspersistant).

Pour rendre la soirée plus agréable Michael, mon papa d’accueil a décidé de mettre son bateau à l’eau. Pêche au calamar pour la Saint-Sylvestre, pourquoi pas ? Et ce fut une bonne idée. Après une partie de pêche, qui ne fut pas des plus fructueuses, nous avons décidé de remonter nos lignes et de parcourir la côte de Lincoln en bateau. Durant cette petite croisière improvisée, nous sommes tombés sur une raie dont l’envergure dépassait la largeur du bateau ! Préférant regarder cette scène unique avec mes vrais yeux réels, je n’ai malheureusement pas su prendre de photos pour prouver mes dires.
Bilan de la soirée : ce ne fut évidemment pas la guinche épique du nouvel an 2013-14 (♥), mais ce fut bien sympathique et agréablement dépaysant !

December (76)

December (84)

December (86)

“The driest state in the driest continent”

 

“M’ouais”. Voici le premier mot qui me vient à l’esprit pour décrire la première moitié du mois de janvier.
Pourquoi donc ? Le temps. Pas celui qui passe. Celui qu’il fait.
En effet, il m’est difficile de vous décrire à quel point ce début de janvier fut déprimant. Grisaille, orages estivaux, températures au rabais. Bref, les 40 degrés prévus n’étaient décidément pas au rendez-vous. Bon, je suis de mauvaise langue, on a quand même eu quelques journées avec des températures supérieures à 35 degrés, mais ces jours-là étaient très minoritaires. Après, la couleur du ciel n’est pas forcément importante, me direz-vous. C’est là qu’il faut prendre en compte le fait que Port Lincoln est une ville balnéaire. Cela veut dire que la quasi-totalité des activités disponibles sont relatives à la plage. Et donc, le problème est que, quand on n’a pas accès auxdites plages pour des raisons climatiques…
ben on s’emmerde.

December (12)

Petit aperçu du temps qu’il a fait durant la première moitié de janvier.

Quel déprimant paragraphe. Tout cela résonne bien négativement dans vos petites têtes. Mais bien entendu, ce ne fut que temporaire. Malgré une première moitié de janvier un peu tristounette, la seconde partie du mois a clairement relevé le niveau.

Back to Adelaide

Et oui. Encore une fois, mes pas (et surtout le 4×4 de mon papa d’accueil) m’ont porté vers la capitale de l’Australie Méridionale. Nous nous y sommes rendus pour une raison bien particulière : ma sœur d’accueil de l’époque, Ava était sur le point de démarrer une aventure similaire à la mienne : un échange en Suède.
Nous sommes donc allés à Adélaide afin de passer quelques jours en famille avant qu’Ava s’en aille vivre au pays des boulettes de rennes.

Back to ADL (4)

Back on the road.

Ainsi, nous avons quitté Port Lincoln le dimanche 11 janvier. Préférant faire une pause après trois heures de route, nous avons passé la soirée à Cowell, petite ville située sur la côte Est de la Péninsule d’Eyre. Le lendemain fut moins amusant. En effet, bien qu’une partie du trajet fut écoulé la veille, il nous restait encore environ cinq cents kilomètres à parcourir. Cela-dit, la journée n’a pas totalement été perdue, étant donné que grâce à Mélanie, ma chère collègue étudiante en échange, j’ai pu obtenir des tickets pour aller voir le cricket !

Petite parenthèse sur le cricket ! Je suis persuadé de vous en avoir déjà parlé quelque part dans mon blog mais peut-être un peu trop brièvement. Le cricket est le sport d’été par excellence en Australie. Le principe est un peu similaire à celui du baseball : taper loin et courir bien pour accumuler des points.
Sans trop entrer dans les détails (que je ne suis pas sûr de maîtriser à 100%), le jeu est divisé en deux périodes. Durant la première période, une des deux équipes bat et court. L’autre équipe tente de limiter le nombre de points marqués par l’adversaire en essayant de gober les balles, ou de toucher le wicket — le wicket est une espèce de râtelier, qui permet d’éliminer un “attaquant”, si un “défenseur” parvient à le toucher à temps avec la balle (toucher le wicket, pas l’attaquant).

Je ne suis pas trop fan de ce sport, pour tout avouer, je trouve ça un peu ennuyant. Ceci-dit, regarder un match de league nationale dans le prestigieux Adelaide Oval était quelque chose que je ne pouvais tout simplement pas refuser ! Le match fut raccourci d’une mi-temps à cause des conditions climatiques, mais ce fut quand même un succès, avec toute une flopée de “4’s” (quand l’attaquant envoie la balle au delà des limites du terrain) et de “6’s”(quand la balle est envoyée dans le public).

Back to ADL (13)

Pardonnez la qualité médiocroulasse de mon gsm.

Nous avons résidé pendant quatre jours dans un petit camping situé dans les collines d’Adélaide. Un joli petit endroit calme et paisible. Durant ces quelques jours, ma famille d’accueil et moi-même avons pu profiter de températures plus agréables et des activités citadines qu’on pouvait trouver sur place. J’ai pu également passer du temps dans le centre-ville avec mes amis étudiants en échange qui habitent dans les environs.

Back to ADL (16)

Le camping en question.

Back to ADL (51)

Un kangourou géant sur un vélo tout aussi géant. Y’a quoi de plus à dire ?

Back to ADL (67)

Magnifique photo d’Adélaide la nuit, ruinée par la présence d’un être humain au milieu.

Back to ADL (78)

Après quatre jours, nous avons dû dire au revoir à Ava. Le départ de ma sœur d’accueil fut pour moi une occasion unique d’assister au “jour J” d’un point de vue extérieur. J’ai pu comprendre en quelque sorte ce qu’a ressenti ma famille lorsque mon départ était imminent, ainsi que ce sentiment de “vide”, après le décollage de l’avion.

Cela dit, Ava n’était pas la seule à prendre l’avion ce jour-là…

Melbourne

Voilà pourquoi, bien que la première moitié de janvier fut un peu à désirer, mon moral est resté top. Remontons aux prémices du projet. Peut-être le savez-vous déjà, mais dans les environs de mai aura lieu ce qu’on appelle le “Rock and Reef”. Il s’agit d’un méga safari organisé pour les étudiant du Rotary Exchange Program. Le voyage débute à Adélaide et se termine à Sydney. Pour faire court, ça promet d’envoyer du pâté et je ne peux que m’en réjouir.
Cela-dit, tout aussi géant soit-il, l’itinéraire du safari ne comporte pas la ville la plus fantastique d’Australie, aka Melbourne.

J-3 (5)

Voilà pourquoi, quelques mois auparavant, avec mon amie française Mélanie, nous avons commencé à nous renseigner sur les différentes façons de se rendre à Melbourne pour quelques jours. Voyager par nous même était une idée qui nous paraissait d’emblée excellente, mais qui, au final, s’annonçait difficile à réaliser pour plusieurs raisons. Primo, pour des raisons économiques évidentes. Les déplacement en Australie sont longs, mais surtout onéreux, comme je l’ai déjà mentionné dans mes précédents articles… sans compter le prix du logement sur place. Deuzio, pour des raisons temporelles. Le fait que nous soyons des -> étudiants <- en échange signifie que nous avons un quota de jours scolaires à remplir, visa étudiant oblige. Du coup, hors de question de voyager en période d’école. Et tertio, pour des raisons de sécurité. En Australie, le contrat du Rotary ne nous autorise pas à voyager seuls entre jeunes mineurs. D’où la nécessité pour nous de trouver d’adultes responsables voulant bien nous héberger — Rotariens de préférence.

Grâce aux efforts de Mélanie, qui a envoyé un email à la majorité des clubs Rotary de Melbourne, nous sommes finalement tombés sur un couple de Rotariens voulant bien nous héberger : Paul et Dawn Walton.

Ocean R. (133)

Toute la bande.

Premier jour : Vol et Arrivée

Comme expliqué quelques paragraphes plus haut, j’ai quitté Adélaide seulement quelques heures après ma sœur d’accueil. Dans les alentours de 15h, j’ai retrouvé Mélanie à l’aéroport d’Adélaide. La compagnie aérienne avec laquelle nous étions censés voyager avait plutôt mauvaise réputation (retards, annulations…) mais, ce jour-ci, la mauvaise chance nous a épargnés. En effet, hormis un atterrissage plutôt secouant, aucun problème n’est venu perturber le vol.

J-1 (35)

Étant donné que nous sommes arrivés à Melbourne dans les alentours de 17h, nous n’avons bien évidemment pas su faire grand chose le premier jour. Ceci-dit, nous avons pu faire connaissance avec notre charmante famille d’accueil. Leur maison se situait à peu près à 20 minutes du centre-ville. Afin de nous montrer un aperçu de la ville, Paul et Dawn nous ont emmené manger au restaurant. Melbourne de nuit est incroyable. Le centre urbain m’a beaucoup fait penser à celui des grandes métropoles américaines. Dans les alentours de 10h du soir, nous sommes rentrés à domicile, afin de profiter d’un peu de repos, pour la grosse journée qui nous attendait le lendemain.

En arrivant à Melbourne, je me suis rendu compte que j’avais oublié mon appareil photo à Adélaide…. C’est pourquoi, j’ai pris la décision de me passer d’appareil photo et de profiter de cette expérience de tout mon être, au lieu de perdre mon temps à prendre des captures, qu’au final je n’aurai jamais le temps de regarder et… — je déconne, j’ai emprunté l’appareil photo de mes hôtes, d’où la date en dessous des photos.

Deuxième jour : Tour de la Baie

Le deuxième jour, nous nous sommes levés dans les environs de 7h et demie et nous avons quitté la maison vers 9h pour nous diriger vers Geelong (deuxième ville de Victoria). Cette journée fut l’occasion de partir en road trip le long de la côte victorienne — plus précisément, le long de la baie de Port Philip. Pour vous aider à vous y retrouver, j’ai réalisé une petite carte avec mon incroyastique maîtrise de Paint.

itinéraire

Johnny Montage est dans la place

1) Melbourne. Point de départ.

2) Geelong. Il faut avouer que la deuxième ville de Victoria n’était pas des plus passionnante. Sans être ennuyante à mourir pour autant, cette petite bourgade (500 mille habitants lol), ne présente pas beaucoup d’intérêt pour de jeunes étudiants en échange dans notre genre, assoiffés d’aventure et de nouveautés. C’est pourquoi nous nous y sommes juste arrêtés pour avoir un aperçu de la ville et prendre quelques photos.

Road trip (43)

3) Point Lonsdale. Cette petite ville possède l’un des plus beaux paysages côtiers de la région, je vous mets quelques photos, histoire de vous donner une petite idée.

Road trip (54)

Road trip (66)

4-5) Queenscliff. Pour se rendre de l’autre côté de la baie, le meilleur (et seul) moyen est de prendre le ferry. En attendant ledit ferry, nous avons dîné dans un petit restaurant à proximité de la mer. Dans les environs de 14h, nous avons embarqué à bord de l’engin. Le trajet en ferry fut ma foi plutôt cool (le temps magnifique y était sans doute pour quelque chose).

Road trip (70)

Road trip (73)

Road trip (88)

Road trip (116)

6) Sorrento. Il s’agit là d’une espèce de station balnéaire comparable à St Tropez, dans la mesure où, bien que la populace soit autorisée à y baguenauder quelques heures, la ville est dans son ensemble peuplée par des bourges. Faisant partie de ladite populace, nous y sommes restés environ une heure afin de faire un petit plongeon dans les eaux cristallines du coin.

Road trip (207)

7) Mount Marta. Encore une petite ville. L’intérêt principal là-bas était le poste d’observation, qui permettait de voir le paysage à des kilomètres à la ronde.

Road trip (220)

Road trip (227)

8) Pinguin Parade. La parade des pingouins — même si techniquement, en français, on devrait “manchots” mais tout le monde s’en branle — est une espèce de parc animalier dont la principale attraction consiste à regarder des pingouins rentrer à la maison. . Chaque jour, dans les environs de 21h, entre chien et loup, la foule s’assoit dans les gradins et assiste à l’arrivée de milliers de pingouins, en provenance de la mer. Le spectacle est vraiment impressionnant et vaut clairement la peine d’être vu. De nombreux touristes, venant de partout dans le monde étaient également présents pour y assister.

Road trip (271)

Photographier les pingouins n’était pas autorisé. Ceci est une image venant d’internet.

Après cela, nous sommes retournés à Melbourne.

Troisième jour, Visite du centre

Journée un peu plus calme, cette fois-ci. Nous avons quitté la maison dans les alentours de 11h, pour nous rendre à l’Elizabeth Market, un marché où l’on trouve toutes sortes de goodies à bon prix. J’ai pu acquérir un nombre non-négligeable de souvenirs pour quelques pièces, une bonne affaire, donc, quand on considère les prix dans les arnaquoirs magasins spécialisés.

J-3 (28)

Eeeet une photo aléatoire pour aérer le texteuh.

Après cela, nous avons visité le centre-ville, accompagnés de notre guide, Paul. Nous y sommes restés quelques heures, afin de profiter de l’animation et d’admirer l’architecture des bâtiments, tantôt dantesques, tantôt loufoques. Après la visite du centre, nous nous sommes dirigés vers la tour “Eureka”, le plus haut bâtiment de la ville. Le panorama là-haut était tout simplement à couper le souffle. Vous l’aurez deviné, la hauteur de du gratte-ciel en fait un parfait observatoire pour tout touriste désirant admirer les alentours de Melbourne. La vue s’étendait sur plusieurs kilomètres et allant du centre ville à la mer d’un côté, du centre ville à la campagne de l’autre. Nous avons même eu la possibilité de monter sur un petit “balcon” protégé par une clôture, pour avoir une petite impression de la température là-haut.

J-3 (81)

J-3 (160)

J-3 (97)

Quatrième jour, Australian Open

Et oui, tout grand de tennis que je suis, je me devais d’aller y faire un tour !…

Bien sûr je déconne, je n’ai jamais vraiment affectionné ce sport, que je trouve un peu trop répétitif. Cela-dit, étant donné que Mélanie et moi nous trouvions sur place pendant le tournoi, nous avons décidé de réserver des billets bon marché pour pouvoir apprécier l’ambiance générale et rencontrer d’autres étudiants en échange par la même occasion. Quand je dis que les tickets était bon marché, ce n’était pas tant la dèche que ça en fait. Nous avions accès à la quasi-totalité du tournoi, ainsi qu’à la Hisense Arena, l’un des deux principaux courts. Le seul endroit auquel nous ne pouvions pas accéder était la Rod Laver Arena, c’est-à-dire l’autre principale arène de l’Australian Open (celle où tous les bons joueurs s’affrontaient haha).

Aus Open (4)

Ainsi donc, ce lundi matin-là, nous avons pris le train vers le centre-ville et, après nous être tous retrouvés à la gare, nous nous sommes rendus sur les lieux du tournoi. Nous étions 3 Belges (!), une Française, un Allemand, un Québécois une Taïwanaise et un Finlandais. Nous sommes arrivés relativement tôt dans la journée, avant la majorité de la foule, du coup, on a pu s’installer et se constituer un petit programme. Evidemment ledit programme ne volait pas bien haut et consistait pour la plupart du temps à regarder des matches aléatoires. Cela dit, nous avons pu voir Nadal s’entraîner et certains de la bande ont même pu admirer Djoko’ !

Aus Open (24)

Nadalidou

 

Aus Open (12)

Aus Open (49)

Ce troll de Federer ne s’est jamais montré, ce jour-là. Vous pouvez admirer le désespoir sur le visage des fans. 

Avec mes deux compatriotes, nous avons été regarder le petit Goffin jouer pour des raisons de patriotisme évidentes. Après cela, nous nous sommes séparés et j’ai rejoint l’autre partie du groupe, qui était en train de regarder un match entre un Allemand et un Israélien (les supporters Israéliens étaient pions comme une partie de Monopoly, ce qui était bien marrant à regarder).

Cinquième jour, Great Ocean Road

La Great Ocean Road est une route panoramique qui borde une partie de la côte de Victoria (d’où le nom en fait). Il s’agit de l’un des endroits les plus populaires de l’Australie et j’étais foutrement bien content d’avoir l’opportunité d’y faire un tour.

Ocean R. (15)

Cela-dit, bien que joli, le panorama n’avait rien d’exceptionnel, ressemblant plus à une route de la Côte d’Azur qu’à un véritable paysage australien. Cependant, ce qui fait la renommée de l’endroit, c’est son histoire riche et sa valeur symbolique. Sans trop entrer dans les détails, la Great Ocean Road a été construite en hommage aux soldats australiens morts en Europe pendant la Première Guerre mondiale. Elle a été mise en place, de surcroît, par des anciens de 14-18, ce qui leur a permis de se fixer un nouveau but dans leurs vies.

Ocean R. (34)

La Great Ocean Road comporte un autre lieu notoire en son sein : les Douze Apôtres (Twelve Apostles). Il s’agit d’un monument naturel consistant en plusieurs stalagmites géants qui émergent de l’océan. Nous nous y sommes rendus en début d’après-midi et il nous a fallu quelques heures pour atteindre l’endroit ; comme quoi, comme le disent les locaux: “Victoria might be a small Aussie state but it’s still bloody big.” Sur les douze apôtres, seulement huit sont restés — ce qui n’empêche nullement la vue d’être grandiose.

Ocean R. (92)

Ocean R. (104)

Ocean R. (119)

Sixième jour, Tourisme

Le sixième jour, on a glandé.

Non, je rigole. Le sixième jour fut une “visite libre” de la ville. Encore une fois, nous avons pris le train vers le centre-ville. Après être arrivés, nous avons retrouvé nos amis Mathieu (Canada) et Vincent (Allemagne). De là, nous sommes partis vers la grande bibliothèque de Melbourne/Victoria (parce que nous sommes des gens culturissimés). Ladite bibliothèque était plutôt intéressante, avec une architecture du tonnerre et un contenu en art ma foi bien captivant (ayant comme principal sujet l’Histoire australienne).

J-3 (50)

La fameuse Flinders Station

J-6 (50)

Après la visite, nous avons décidé de nous séparer temporairement, pour permettre à Mélanie d’assouvir ses envies de shopping. Sur l’initiative de Vincent et Mathieu, nous avons décidé de visiter une ruelle de la ville dédiée au tag. Pour ce faire, nous avons pris le tram, ce qui était plutôt classe (et gratuit dans le centre — et aussi climatisé). Ensuite, nous nous sommes rendus vers une autre rue taguée, cette fois-ci bien plus populaire — sans doute dû à la qualité des graffitis en question. Je vous laisse quelques échantillons.

J-6 (78)

J-6 (104)

J-6 (120)

J-6 (122)

Après avoir mangé chez Hungry Jack (l’équivalent de Burger King, oui oui, pas bon je sais), et après s’être promenés une heure de plus en ville, nous avons retrouvés Mélanie, puis nous sommes partis faire un tour dans une espèce de musée/centre culturel dont j’ai oublié le nom. On a pu y trouver quelques pièces d’art fort bien intéressantes.

Après cela, nous sommes partis visiter The Shrine of Rememberance, l’un des monuments de guerre les plus connus d’Australie. A la fin de la visite, nous sommes partis manger une glace (un yaourt glacé, pour être précis), puis nous avons décider de dire à bientôt aux petits gars de Melbourne, et nous sommes repartis dans notre maison d’accueil.J-6 (157)

Le soir-même, nous sommes allés à une réunion du rotary club local pour y réaliser une mini présentation. Je vous passe les détails pour ne pas vous endormir — je plaisante, c’était pas si mal.

Dernier jour, Retour

Au final, nous avons du dire au revoir aux deux fabuleuses personnes qui nous ont logés. Il est difficile de vous retransmettre par écrit à quel point nous nous sentions reconnaissants à l’égard de ces deux rotariens qui ont pris la décision de nous héberger et de nous faire visiter Victoria, ceci sans rien demander en retour. L’après midi du dernier jour, nous avons finalement repris l’avion en direction d’Adélaide.
Une fois arrivé là-bas, j’ai dit à bientôt à Mélanie et je me suis envolé de mon côté, vers les côtes dorées de Port Lincoln.

J-6 (177)

Bilan

Mon impression générale de Melbourne ? Géant ! Il s’agit de l’une des plus belles villes que j’ai visitées pour l’instant (même si, concrètement, je n’en ai pas visité tant que ça). La capitale de Victoria possède de nombreuses qualités indéniables, telles que l’architecture, la multitude de cultures différentes, les transports en commun (trams !), l’animation… tout cela créé une ambiance unique et très dynamique, ce qui rend la ville plus marquante et plus “vraie”.

J-6 (171)

Deuxième Changement de famille

Je suis rentré à Port Lincoln le 22 janvier, le 23 j’ai déménagé. Heureusement, nous avions prévu le coup en emballant mes bagages deux semaines à l’avance (avant de partir pour Adélaide). Avec le départ d’Ava et le mien, les Barkers se retrouveraient donc à deux seulement. C’est pourquoi dire au revoir à ma famille d’accueil fut particulièrement difficile et émouvant.

Ma nouvelle famille — les Francos — est constituée du papa (John), de la maman (Kathryn), de mes deux sœurs d’accueil (Tijana et Grace) et du Jack Russel (Rosie). . Bien sûr, il y a trois mois (trois mois bordel…), je n’étais pas des plus chauds, étant donné que le processus de changement n’est pas le meilleur du monde… cela-dit, au final, je suis encore tombé sur une famille sympa et attentionnée, ce qui fait qu’il ne m’a pas fallut très longtemps avant de trouver mes repères.

Easter (57)

Photo datant de début avril.

 

Tuna Rama

Tuna Rama est le festival annuel de Port Lincoln. On y retrouve tous les ingrédients typiques d’une bonne vieille kermesse: malbouffe, activités bizarres, prolifération de barakies et fun.

Tuna Rama (31)

Le premier jour était dédié à la parade. Ladite parade était constituée de chars représentants les différentes entreprises et organisations de Port Lincoln. J’y ai également participé en défilant à bord de la voiture du Rotary. 

Tuna Rama (17)

Tuna Rama (19)

Vue à la première personne.

 

Tuna Rama (18)

Le deuxième jour était consacré à toutes les activités bizarres évoquées plus haut. Premièrement, on a eu droit à la finale de Tuna Tossing, une activité consistant à lancer un thon en plastique le plus loin possible. Ensuite, il y a eu le concours de Miss & Mister Tuna Rama, avec 6 participantes et… 2 participants du côté homme.

Tuna Rama (35)

Course de bateaux faits-maison. Seulement une embarcation est restée à la surface jusqu’à la fin haha.

 

Tuna Rama (25)

Des centaines de personnes en provenance d’Australie (et même d’ailleurs) viennent chaque année pour s’essayer au Tuna Tossing.

Rentrée

La rentrée a eu lieu juste le lendemain et… oh, mais qu’entends-je ?

Sirop, les lecteurs sont fatigués, il est temps de terminer l’article.

Oh non carte-mère, pas déjà maintenant tout d’suite ! Ah, quelle crotte de bique cette carte-mère..

Voilà, on arrive vers la fin du chapitre. J’ai bien sûr beaucoup d’autres histoires à vous raconter, mais le reste du trimestre (de fin janvier à fin avril), vous sera narré en détail dans le prochain article.

Parce que, pour reprendre les paroles de ce grand homme,

“On fait c’qu’on peut, pas c’qu’on veut.”

Potter.

Sinon, à part ça ?

De mon côté, tout va bien. Je suis en vacances de Pâques et je suis déjà dans ma quatrième famille. Je m’apprête pour le “Rock and Reef”, qui s’annonce d’emblée plus que géant.

Merci de me suivre et surtout, merci de votre patience. J’espère que cette lecture vous a plu et que tout va bien en Belgique. La suite arrive bientôt sous peu ! Au plaisir de vous revoir bientôt, les amis ! 

Bisous les gag. ♥

Advertisements

3 thoughts on “Chapitre 5 : Les Vacances de Ducobu

  1. Toujours chouette de suivre les chapîtres Augustin!
    Avec intérêt, curiosité, humour, meilleures connaissances de ce vaste pays…
    Je te souhaite une bonne continuation encore et encore!
    Anne

    Liked by 1 person

  2. Salut corbeau du…Sud,
    Chapitre ô combien agréable à lire. J’ai lu celui-ci avec énormément de plaisir.
    Quelle aventure riche humainement pour toi. Profite bien du temps qui t’est imparti.
    Je te rassure: ton français écrit est excellent et ne s’étiole pas. Tu es un combattant de la langue de Molière, puisse ta syntaxe se propager à la “plèbe” de l’orthographe. 🙂
    Je suis sûr qu’il en est de même dans la langue de Shakespeare.
    A bientôt.
    JS, crow of the wall (je suis toujours bloqué au début de l’intégrale 3 et toujours pas entamé la saison 4).

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s